Article récent

MARCHE PIEDS NU (BAREFOOT WALK)


« La où se trouvent tes pieds, commence le voyage » LAO TSE


En tant que passionnée de montagne et marcheuse invétérée, j’avais expérimenté à quel point cette simple pratique m’était bénéfique.


Outre l’aspect physique pur, elle est pour moi l’activité qui me permet rapidement de calmer mon mental, de réguler ma respiration, de baisser mon rythme cardiaque et de me ramener à la réalité, tout ça en à peine 30 minutes.


A l’occasion de la formation en Yoga Thérapie en Inde (à ATMAVIKASA KUTIRA CENTER, Mysore) que je suis actuellement, il nous a été suggéré de marcher pieds-nu de 30 à 45min par jour.


Quel que soit l’endroit du monde où je me trouve et quel que soit l’emploi du temps que j’ai, je marche quasiment tous les jours. C’est, comme je le disais, une façon pour moi d’évacuer. « Évacuer » j’emploie ce mot car il me semble être plus « légère» après ma marche !


J’ai donc mis en pratique les conseils donnés et je me suis mise à marcher, tous les jours 30 minutes, d’un pas modéré. Et je n’en suis pas revenue ! En bien moins de 30 minutes mon état mental était modifié, ma façon de marcher changeait, la pression ressentie dans les hanches et les genoux diminuait, ma digestion s’accélérait…. Alors j’ai fait des recherches et voici ce qu’il est dit sur la marche pieds-nus :



LES CHAUSSURES :


Nos chaussures, même adaptées, ont un impact néfaste sur le pied puis surtout le corps.

Elles compriment, déforment, affaiblissent…


Très tôt, même avant de savoir marcher, nous sommes chaussés. Les chaussures compriment le pied. Leur rigidité empêche le mouvement naturel de la marche, qui est un mouvement «déroulant » (l’avant du pied se pose puis le pied se déroule et enfin le talon se pose).


Les semelles (même orthopédiques) ne respectent pas l’ergonomie de notre pied et modifient le point d’impact du pied avec le sol.


Les talons sur les chaussures engendrent une pression sur l’avant du pied. Si le talon est haut, cela peut conduire à des douleurs rhumatismales, à une déformation osseuse, à une faiblesse des chevilles, une hyperextension des genoux.



Des chercheurs britanniques du Royal National Orthopedic Hospital ont mesuré par imagerie 3D, l’impact néfaste du port de talon.













Les chaussures de running sont elles aussi particulièrement néfastes à plus ou moins long terme. En effet, le talon « amortissant » l’impact du pied au sol, le coureur sera incité à poser le talon en premier. Ceci va générer de futurs (plus ou moins rapides et intenses) problèmes articulaires (genoux, hanches, dos principalement). Alors que la course pied-nus est une pratique très ancienne. Un américain, Christopher Mc Dougall, a écrit un livre « Born To Run »qui a fait une « petite révolution » aux US et incité un mouvement « barefoot, marche nu-pieds » à se créer. Dougall était adepte du running. Malgré son équipement « high Tech » il a souffert de problèmes liés à sa pratique. En cherchant à comprendre pourquoi il a découvert que dans une tribu indienne du Mexique (les Tarahumara), les hommes pour chasser, parcouraient 50 à 100km, pieds-nus, sans aucune séquelle !!!

Bien-sûr, vous me direz que la chaussure protège (froids, sol) et c’est vrai. Ce qu’il faut retenir de cette pratique ce n’est pas qu’il faille « absolument » marcher nu-pieds par tous les temps et sur tous les supports, mais que notre corps est construit pour marcher librement sans entrave et que le port de chaussure n’est pas « naturel ». Aussi, pensez-y et lorsque cela est possible, rendez-vous service en pratiquant cette toute simple pratique.



LA MARCHE « NU-PIEDS », effets positifs sur le corps


  • le Pied peut se déployer (en largeur, en longueur) et récupère de la mobilité. Si l’on observe le pied d’une personne qui ne porte pas de chaussure fermée ou marche nu-pieds on remarque que son pied est plus large, que ses doigts de pied retrouvent leur appellation de « doigt » de pied en s’écartant les uns des autres. Alors que les pieds continuellement chaussés deviennent étroit et déformés.


  • Meilleur répartition du poids du corps sur le pied. L’impact sur le sol se fait davantage sur la partie charnue à l’avant du pied, il se déroule ensuite jusqu’au talon.


  • Renforce et restaure le fonctionnement normal des muscles, articulations, ligaments, tendons, nerfs, etc… du pied, cheville puis du corps dans son ensemble.


  • Equilibre et améliore la posture globale du corps, soulageant le dos, allège l’impact ressenti dans les articulations genoux/hanches.


  • Amène à une conscience accrue du mouvement, la marche cesse d’être automatique.


  • Améliore le fonctionnement du cœur, la circulation et pression sanguine, oxygénant toutes les cellules.


  • Booste l’immunité.


  • Équilibre le rythme circadien (l’horloge biologique de notre corps qui nous permet de réguler le sommeil notamment). Favorisant un bon sommeil.

  • Agit sur les syndromes menstruels (normalise).


  • Efficace en cas de maux de tête.


  • Diminue le cortisol (hormone liée au stress) favorisant un état de « bonne humeur », un état paisible, réduisant le stress.


  • Améliore les sens. Une recherche américaine (du docteur Rodolfo Linas de la faculté de médecine de New York) a démontré scientifiquement que notre habilité à parler, agir, sentir, ressentir, rêver, étaient générée par des impulsions électriques au travers des nerfs. Lorsque nous marchons, le contact du pied avec les différentes aspérités du sol génère des pressions sur les points situés sur la plante des pieds. Ces points ou terminaisons nerveuses renvoient un message «de stimulation» aux organes auxquels ils sont connectés.





C’est le principe de la réflexologie plantaire.








  • Apporte un meilleur équilibre émotionnel. Au contact du sol, notre corps s’équilibre ionique-ment, les énergies positives excessives sont évacuées, bien-être, relaxation et équilibre sont favorisés. Une des lois qui régit l’univers est l’équilibre. Lorsqu’elle s’applique au corps on parle d’homéostasie (la faculté qu’a le corps, lorsqu’il n’est pas entravé, de revenir systématiquement à l’équilibre). Notre corps est chargé électriquement et doit se maintenir «équilibré» électriquement pour maintenir un bon état général de santé. La terre possède une charge électrique dite négative. L’atmosphère une charge positive. Tout au long de la journée notre équilibre sera soumis à rude épreuve, notamment si nous avons une vie citadine, inactive, coupée de la lumière solaire, si nous sommes stressé, si nous ne sommes pas au contact de la nature ou d’éléments naturels, si nous sommes soumis à des pollutions de toutes sortes (physiques, électriques, énergétiques). « L’institut National de recherches biomédicales et scientifiques » basée aux USA a confirmé que la terre à un potentiel électrique négatif. L’être humain est « énergie », et être vivant signifie que le Prana (force vitale) circule à l’intérieur du corps. Le contact direct avec le sol (assis, debout, couché) porte le corps à s’équilibrer avec le potentiel électrique du sol ». Ce qui va optimiser la santé générale et améliorer le système nerveux.


  • Reconnexion à la terre, à Soi ; le corps est un canal au travers duquel les énergies telluriques et cosmiques circulent. Pour se faire, le contact direct du corps avec le sol est nécessaire. C’est une des raisons pour laquelle le YOGA (et toutes les pratiques énergétiques : Tai chi ; Chi Gong ; arts martiaux) se pratique pied nu.




Et bien d’autres effets positifs encore.









Des effets négatifs ?


Quant aux effets négatifs, il y en a quelques-uns relatifs au contact direct du sol. Alors si vous ne vivez pas sous les tropiques, près d’une plage de sable fin, vous pouvez adapter votre pratique à votre lieu de vie. Il a été inventé des chaussures appelées « minimalistes » qui vous permettrons de ne plus vous blesser sur un caillou, de ne pas salir vos pieds et de ne pas avoir trop froid !















Pour conclure

C’est au niveau global que les effets bénéfiques sont ressentis. Tout comme la pratique du « sun gazing » ou observation solaire

Articles anciens
Archive
Search By Tags
Suivez-moi